jeudi 1 août 2013

Les deux Sagesses

SITE >>>>> REVELATIONBIBLE       
AUDIO >>>  Les deux sagesses
Transcription du message
« Les deux Sagesses»
Annoncé par Michel Genton
le 07-04-2013
Prédic770

Bonjour tout le monde.
Je vous présente quelqu'un que je connais depuis les années 70 et qui me connait bien aussi. J’ai la joie de la recevoir aujourd'hui.
Liliane… nous donne un témoignage
Dieu te bénisse, merci Liliane.
Bonjour tout le monde. Je pense que tout le monde me connait. Oui…

Je connais Michel et Michou depuis les années 70.
J’ai vu leur mariage, j’ai connu Teen Challenges où j’allais trois quatre fois par semaine après mon boulot, le soir. Nous avons vécu des choses assez formidables à Teen Challenge.

Les débuts étaient fantastiques.
Il y avait des conversions, il y avait des délivrances. C’était un ‘‘camion-bar’’ sur le bord de la Seine. C’était authentique. Il s’est passé des choses formidables vraiment.

Un véritable enfant de Dieu 

Moi, avant cela,  j’étais un petit peu rebelle…,
quand même…,
‘‘Il faut ce qu’il faut !’’

J’avais une maman Luthérienne.
Au départ, elle m’a traînée dans les églises luthériennes lugubres de la région parisienne. Ensuite, elle s’est convertie dans une église baptiste, et elle m’a apporté ‘‘la Parole’’, j’avais quinze ans.

A quinze ans, c’était absolument épouvantable,
À quinze ans on a envie de tout, sauf ça…
Et puis un jour des amis à mes parents m’ont dit :
« Écoute, il y a des gens qui vont chanter et jouer de la guitare…

Viens écouter la musique.
         – Ecouter de la musique … ? – « Oui, je veux bien ». J’y suis allée et là il y avait bien deux milles personnes, à Paris dans une grande salle avec des prédicateurs.
Quelques jours avant, ma mère m’avait dit: « voilà…, ma fille cherche le Seigneur… ! »
– « Maman, moi je veux bien, moi je ne sais pas où Il est.
Lui sait où je suis, qu’Il vienne me chercher ».   
Donc, ce fameux dimanche, je vais dans l’assemblée, un pasteur Archange prêche sur :  
« l’enlèvement de l’église ».
Je n’avais jamais entendu parler de ça !
Ça m’a bouleversé et j’ai dit :
« Voilà, j’attendais un Dieu comme ça…
Un Dieu extraordinaire ! »
Pas un Dieu qu’on m’apprenait dans les murs de l’église.
Un Dieu qui fait des choses formidables, qui va m’enlever.
« Là, je marchais pour cela ».
Les pasteurs demandent que les gens s’approchent pour la prière, moi je ne voulais pas, je restais derrière. Les prédicateurs se mettent dans la foule pour prier, et Archange est venu vers moi, il a écarté la foule et je me suis dit : « Où là, là, là, là… ! Il vient vers moi.
Il m’a dit : toi…!           « Tu seras un véritable enfant de Dieu ».
Il est reparti, il est revenu et m’a dit encore :
« Tu seras vraiment un véritable enfant de Dieu ».
De ce jour là, je suis devenue vraiment un véritable enfant de Dieu.
Ce fut instantané, d’une minute à l’autre.
C’est ensuite que je suis venue à Teen Challenge et que j’ai connu Michel. Enfin, j’ai reçu le baptême du Saint-Esprit, en sa présence sur un bout de béton du quai Austerlitz, c’était formidable !
La vie nous a séparés, ma vie a continué, moi je suis partie à l’ile de la Réunion, je me suis mariée. Je suis revenu de l’ile de la Réunion.

Guérison miracle

Là il s’est passé une chose en deux milles sept.
J’étais très fatiguée, j’ai consulté et après un examen chirurgical minime on s’est aperçu que j’étais atteinte d’un cancer, de l’endomètre. Bon,  je n’avais jamais été malade, mais là j’étais atteinte d’une fatigue épouvantable. Je suis allée consulter dans un hôpital prestigieux de Paris et j’ai appelé Michel.
 J’ai dit :     « Michel, voilà, j’ai un cancer ».
Il m’a dit : « nous allons prier tu seras guérie et tu es guérie ».
J’ai cru, j’ai dit : « Oui d’accord je suis guérie ».
Je vais voir mon médecin qui me dit : « isotonie totale, nous allons analyser tout ça, à cinquante sept ans isotonie totale ce n’est pas grave.
Moi, ça ne me gênait pas. Allez…, et en entrant dans la salle d’opération, c’était une jeune toubib, elle devait avoir trente ans la chirurgienne, pas plus.
 Je lui ai dit : « Que Dieu bénisse vos mains ».
Nous sommes rentrés dans la salle, l’opération a duré deux heures au lieu de trois, ça s’est très, très bien passé. Ils ont réalisé quarante  segments de ce qu’ils avaient retiré, et…
« Il n’y avait absolument pas de cancer ».
Elle m’a vu quinze jours après pour m’annoncer ça avec un immense sourire, elle qui faisait tout le temps la tête, elle m’a dit :
-         pas de chimio,
-         pas de radio,
-         pas de curiethérapie.

Vous êtes guérie !
Je lui ai dit : « gloire à Dieu ! ».
J’étais guérie, mais je n’ai pas eu le moindre doute. J’ai su que la communauté avait prié pour moi, que Michel avait prié pour moi, quand il m’a dit : « tu es guérie »,
 J’ai dit : « oui, par le Nom de Jésus, je suis guérie ». Je l’ai cru complètement, je ne me suis pas posée de question. Pas dis : « bon, qu’est-ce que l’on va trouver en faisant les examens ?
« – non, je sais que je suis guérie ».

Une résurrection

Et, il y a eu pire…!
Enfin pire ? Plus grave…,
Plus dur…
Plus incroyable pour nous.
C’était en deux mille onze, là où je travaillais dans un lycée. On vient d’un cours dans mon bureau m’annoncer : 

Un jeune s’est effondré dans une salle.
On n’arrive pas à le réanimer, il ne respire plus, il n’y a plus de battement de cœur.
Nous appelons les pompiers, le Samu, ils s’acharnent dessus pendant deux heures, ça a dû arriver vers huit heures trente et ils sont repartis vers onze heure trente avec lui dans le camion, en plein hiver, ils l’avaient laissé dehors moitié torse nu.
Et moi, sur le bord du trottoir, j’ai appelé Michel :
« Michel on a un mort ! »
« Là dans l’établissement, on a un mort, il est fils unique des parents, ils sont déjà âgés »
 Et j’ai dit :          « on prie et on le ramène. »
Michel m’a dit :   « ok, je préviens tout le monde et nous prions. »
Le soir je lui envoie un SMS, je lui dis :
« Ils veulent le débrancher à l’hôpital à dix sept heure trente, il faut que l’on prie pour que la mère refuse ! »
Et la mère refuse que son fils unique soit débranché.
Trois jours après, c’est arrivé un vendredi et le lundi…

Il se réveillait sans séquelle.
Alors que tout le monde avait dit qu’il était fichu, que c’était fini, qu’il fallait le débrancher, et il s’est réveillé vraiment sans séquelle.
J’avais témoigné au lycée, le jour même j’avais dit :
« Il va revenir »
Ils m’ont dit :       « elle est folle ».
Moi, je leur avais dit qu’il allait se réveiller parce que Jésus a dit :
« Vous ferez les choses que j’ai faites et vous en ferez de plus grandes parce que je retourne au Père ».
Il fallait que nous le croyions.
Nous devons croire en ces choses impossibles.
Nous sommes comme Lui.
Et puis, Il est là, Il est vivant, il est au milieu de nous.
Si nous Lui disons :
« Écoute Seigneur, il est mort il faut le ramener »
Il ne va pas dire :
« Ça va pas, non…! N’importe quoi ! ».
C’est vrai que c’était assez spectaculaire parce qu’il était ‘‘mort’’.

Il est revenu d’entre les morts.
Michel me disait : « Je l’ai appelé. »
Je lui ai dit : « reviens »
et il est revenu trois jours après.
J’ai eu Kevin après au téléphone, il m’a demandé ce qui lui était arrivé. Personne ne lui avait dit. Alors je lui ai expliqué et nous avons parlé pendant une heure. Comment cela c’était passé d’un bout à l’autre et comment il était revenu.
Je l’ai laissé avec ça, et cela doit être assez troublant pour lui quand même. Il a écouté ce que j’avais à lui dire. Il voulait savoir comment c’était possible qu’il soit dans le plus grand service de la Salpêtrière et qu’on lui dise :
« Vous êtes un miraculé,
nous ne pouvions rien faire,
vous étiez mort »
Et surtout sans séquelle !
Rien qui marche pendant trois jours et sans séquelles… Je l’ai vu un jour, ses copains me l’on ramené en classe en me disant : regardez nous avons trouvé quelqu’un pour vous dans la rue…
« C’était Kevin en forme ».

« Le Corps de Christ ».

C’est magnifique, moi, je dis :
« Gloire à Dieu »
Il faut s’attendre à n’importe quoi,
des choses extraordinaires.
Je dis voilà : « c’était le Dieu que je voulais quand j’avais vingt ans »
Ce Jésus qui fait les choses,
Il a dit qu’Il ferait ça et Il le fait.
Ma mère me disait :
« Tu n’es pas sage ma fille »,
Je ne veux pas être sage.
Avec le Seigneur je ne veux pas être sage.
Aux yeux des hommes, Il n’était pas sage, Jésus. Il ressuscitait des morts, le jour du sabbat. Il guérissait des gens.
C’était terrible et bien moi… je veux être comme ça aussi…!
Tous les jours, dans la simplicité sans se compliquer la vie.
Je dis « merci Seigneur » parce que cela fait plus de trente ans que l’on se connait. Il y a toujours la même fidélité, j’ai vu naître la communauté, tout le monde est là toujours fidèle. Il n’y a pas beaucoup de gens comme cela, dans notre entourage.
Ça, c’est exceptionnel,
je remercie Dieu pour ça.
C’est exceptionnel le week-end que je passe ici.
De te retrouver, j’ai l’impression de revenir trente ans… quarante ans… en arrière.
Je vous remercie tous,
Pour ce que vous êtes,
L’amour que vous témoignez,
Pour votre présence quand il y a un problème et que je sais que vos prières sont derrières.
Tout cela est : « Le Corps de Christ ».

Michel
Les deux Sagesses

Merci Liliane, que Dieu te bénisse.  
Vous allez bien par ce dernier jour d’hiver ?
Nous allons faire une lecture dans les Psaumes 111/10 : « la crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse, tous ceux qui l’observent ont une raison saine, Sa gloire subsiste à jamais. »

Que Dieu ajoute Sa bénédiction à Sa Parole !
Vous savez que je ne suis pas poème, poème…, mais là j’en ai lu un, je l’ai trouvé beau, alors…, j’ai décidé de vous le lire ce matin :
« Au monde de printemps et d’automne, de naissance et de mort,
le cycle infini d’idées, d’inventions, d’expériences infinies,
apportent la connaissance du mouvement mais non du calme,
la connaissance du discours mais non du silence,
la connaissance des mots et l’ignorance de la parole.
Toute notre connaissance nous rapproche de notre ignorance
Toute notre ignorance nous rapproche de la mort.
Mais une approche de la mort qui ne rapproche pas de Dieu.
Où est la vie que nous avons perdue en vivant ?
Où est la sagesse que nous avons perdue dans la connaissance ?
Où est la connaissance que nous avons perdue dans l’information ?
Les cycles en vingt siècles nous éloignent de Dieu et nous rapprochent de la poussière. »

Tout cela n’est pas très positif, mais nous décrit bien l’état de ce monde.
N’est ce pas vrai ? – Et, en particulier, celui de l’Eglise, où :

L’on se vante d’être sage et où l’on est devenu vraiment fou.
Cela devient grave mes frères et sœurs.
Si nous pesons les mots de ce poème, nous nous sentons tout drôle, je vous invite à y réfléchir…
La question qui m’est venue en méditant sur ce poème c’est :

Mais, où est-ce que j’en suis avec ma propre sagesse ?
Sur l’échelle de la sagesse, où est-ce que j’en suis ?
Tout à l’heure Liliane nous disait que sa maman lui avait dit : « tu n’es pas sage…! » Elle lui a répondu : « je ne veux pas être sage » bien sûr, comme elle l’a dit après « je ne veux pas être sage selon ce monde, je veux être sage selon Dieu ».

Et quand Jésus était sur cette terre
Ce n’était pas la sagesse de l’homme qu’Il a manifestée, Il faisait des choses extraordinaires :
-         qui sortaient de l’ordinaire,
-         qui n’étaient pas sages,
-         qui le mettaient même en danger.
Dernièrement je parlais avec un homme qui avait l’air très heureux et qui avec l’air le plus heureux du monde m’a dit : « je suis enfin arrivé au bout de mes problèmes » - en moi-même je me suis dit : « oui, mais tu ne sais pas à quel bout ».
Cette année je fête mes 45 ans de conversion et Alain me disait que l’an prochain il fêtera ses 30 ans de mariage.
Je me dis cette chose : «  après toutes ces années…, plus le temps passe plus j’en apprends sur la sagesse de Dieu…, plus en fait, je crois que j’en suis au début.

J’en suis au début…,
C’est un petit peu comme si durant toutes ces années je n’avais fait que caresser un petit bout de bord de l’océan, c’est tellement grand …!
Cela rend humble de se rendre compte que finalement il nous reste beaucoup à apprendre. Je n’aimerais pas être dans la peau de quelqu'un qui dit : « je crois dans le plein évangile » parce que cela doit être terrible de se dire je crois tout ce que l’on peut croire, il n’y a rien d’autre…, c’est affreux, c’est affreux !
J’espère que je vais, ce matin :
Accroître votre désir d’acquérir de la sagesse et
en particulier la sagesse de Dieu.

Il y a des principes incontournables au sujet de la sagesse.

La sagesse est pluridimensionnelle
Cela veut dire que nous trouvons des tailles différentes, des couleurs différentes dans la sagesse.
C’est vrai que quand nous acquérons de la sagesse jeune, c’est mieux que lorsque nous l’acquérons dans les dernières années de notre vie.
Le fait d’acquérir la sagesse quand nous sommes jeunes, cela nous assure une vie plus confortable, parce que plus paisible intérieurement. (Cela ne veut pas dire que nous n’avons pas de problèmes, mais nous avons, à l’intérieur, de quoi les gérer beaucoup mieux).
Nous nous rendons compte que cette sagesse acquise dans un domaine peut ne pas être utilisable dans un autre domaine.

Car la sagesse est multidimensionnelle.
Par exemple :
Il y a de la sagesse dans ce monde, nous ne pouvons pas nier cela. Elle est très précieuse cette sagesse, si vous ne trouvez pas qu’elle est précieuse, il ne faut surtout pas envoyer vos enfants à l’école. Nous n’envoyons pas nos enfants à l’école parce que c’est obligatoire. Non, c’est très précieux. J’ai remarqué que cette sagesse prend encore plus de valeur, lorsqu'elle est humblement inclinée devant la sagesse de Dieu. Je dis ça parce que la bible nous parle souvent de ces deux sagesses.

Il y a la sagesse du monde et La sagesse de Dieu

La sagesse du monde
 Deux aspects :
-         Un aspect négatif
-         Un aspect positif
La sagesse du monde est souvent :
« Une vérité partielle »
C’est une vérité mélangée à de l’intelligence, à de la manipulation (pour pouvoir atteindre des buts pas toujours bons.
Elle est très souvent égoïste
Vous connaissez, c’est le côté négatif de la sagesse du monde.
Il y a aussi le côté positif, cette sagesse qui s’acquiert
-         par l’étude,
-         par la réflexion,
-         par l’observation,
-         par le travail.

C’est très utile cette sagesse.
Les gens du monde qu’ils soient élus de Dieu ou pas, ceux qui sont honnêtes, ils l’acquièrent au cours de leur existence et peuvent avoir une meilleure vie, grâce à cette sagesse.
Avec le temps, si nous observons, (j’aime mon petit fils Titi il est toujours à tout observer, tout regarder, à être curieux). Lorsque nous sommes comme cela nous apprenons, nous apprenons beaucoup de choses.
Lorsque j’étais plus jeune, j’aimais passer du temps avec les personnes âgées. On me voyait toujours avec Camélia, des vieux sages, des vieilles sages.
J’aimais bien rigoler entre jeunes. Nous avons, avec Liliane, chopé des fous rires entre nous. Nous ne cherchions pas seulement des choses profondes. Nous rigolions bien, aussi. 
Mais, j’aimais bien la compagnie des personnes âgées car elles ont une sagesse que je n’avais pas. Elles avaient eu le temps de l’acquérir, je savais que j’apprendrais beaucoup avec eux.
Vous qui êtes jeune, vous pouvez échapper à beaucoup d’expériences malheureuses, que certaines et certains connaissent dans leur vie, tout simplement en prenant conseils, en apprenant auprès des personnes plus âgées.

Nous devenons plus rapidement sages
         En écoutant les vieux,
                   En lisant des livres,
Il faut lire parce que :
« Nous pouvons acquérir une sagesse
qui dépasse notre âge »
         Hier, en sortant de mon bureau,  j’ai montré à Liliane un bouquin de Bernard Werber qui s’appelle :
« L’encyclopédie du savoir absolu et relatif ».
– avez-vous lu ça ? – Il faut lire ça, c’est rigolo et en même temps cela donne de la sagesse, même les très jeunes aimeraient, parce qu’il y a des exercices à faire, des trucs marrants.
Vous devriez lire ça, c’est important, c’est intéressant. Cela montre qu’il y a d’autres choses dans la vie que simplement…
Face Book :
« Ça va ?
– oui ça va
– et toi ça va ?
– tu as vu il neige…! »
Il faut rechercher cette sagesse, utiliser votre esprit, observer avec soin ce qui se passe, les choses passées, du temps… et penser aux choses que vous vivez.
Ecoutez bien ça.
« J’ai vu que la sagesse ne se transfère
pas d’un domaine à un autre »
Il ne faut pas trop se spécialiser.
         Je parle encore pour la jeunesse ici.
         C’est assez récent ce truc là :
Les gens deviennent spécialistes de quelque chose. Autrefois il y avait des généralistes.
On parlait d’une culture générale, maintenant on aime bien se spécialiser dans quelque chose. Dans tous les domaines on veut être spécialiste :
-         professionnellement parlant,
-         dans les arts,
-         dans toutes ces choses et même
-         dans le ministère.
Vous demandez :
– moi je m’occupe des drogués, c’est vrai qu’il y a beaucoup à faire lorsque l’on s’occupe des drogués, mais bon c’est une spécialité.
– L’autre, là-bas en Afrique, il y a le pasteur des fous, il ne fait rien d’autre, il faut dire qu’il y a tellement de fous que c’est vraiment nécessaire d’en avoir.
Mais c’est quand même terrible que l’on se spécialise toujours dans des trucs comme ça…
Ce qu’il faut comprendre c’est que :

La sagesse du monde est sélective.
Elle n’est pas forcément mauvaise.
 Cette sagesse peut être excellente.
Mais elle est toujours limitée, parce que pas toujours adaptable dans d’autres circonstances.
Par exemple :

Je me souviens…
De l’immense sagesse de Mlle Jacquard. (J’ai encore deux photos de Melle Jacquard parce qu’elle a marqué ma vie.) C’était ma première institutrice dans l’école enfantine.
-         Elle savait comment motiver tous les enfants de sa classe.
-         Elle savait quand les féliciter.
-         Elle savait quand il fallait être ferme avec nous.
 je l’aimais, je voulais me marier avec elle. Je me souviens toujours de son visage. J’ai une photo d’elle, on la voit de dos et bien je me rappelle son visage. C’est une femme qui m’a marqué.

Je me souviens aussi…
Du Docteur Cour à Chébres en Suisse, c’est Lui qui m’a opéré de l’appendicite, j’avais dix, onze ans.
-         Il était imposant,
-         il était toujours habillé en blanc,
-         il était magnifique.
-         Il était tellement beau, propre, efficace.
-         Quand, nous allions chez lui lorsque nous étions malades, il trouvait toujours ce qui allait, ce qui n’allait pas et il nous donnait ce qu’il fallait.
C’était formidable, quand je le voyais, j’imaginais qu’il devait être difficile d’être plus extraordinaire que le docteur Cour.
Le Docteur Cour,
C’était presque Dieu.
Il était sage.
Il savait nous rassurer.
La sagesse de Mlle Jacquard était parfaite, celle du docteur Cour aussi, mais je vous assure que je n’aurais pas été trouver Mlle Jacquard pour me faire opérer de l’appendicite.
Vous voyez ce que je veux dire ? – « La sagesse est sélective »
« La sagesse qui mène au succès dans
ce monde doit être prête à céder le pas
à la sagesse de Dieu » 
La sagesse du monde peut être bonne 
Mais,
         Elle ne peut pas remplacer la sagesse de Dieu !

C’est parce que nous ne voulons plus
de la sagesse de Dieu que le monde va
là où il va en ce moment.

Nous ne pouvons pas,
ce n’est pas possible,
parce que toutes les formes de sagesse ne  sont pas égales.
Quelqu'un peut être très sage dans un domaine ou deux ou trois…

La sagesse de Dieu
Le psalmiste disait :
« La crainte de l’Eternel est
le commencement de la sagesse »
Voyons cela !
Savez-vous ce qu’est une révérence ?
Elise sait ce qu’est une révérence car elle fait de la danse.
Mais que veut dire le mot ?
– le mot veut dire : « profond respect »
Eh bien !
‘‘Le respect profond pour le Seigneur
C’est le commencement de la sagesse’’

C’est la vénération

         Ce profond respect pour Dieu et tout ce qui le concerne, c'est-à-dire Sa création, vient de ce que nous avons appris par révélation que :
« Notre Père Céleste a toute la sagesse
et
a tout le pouvoir,
dans les cieux sur la terre et sous la terre. »
Ça force au respect

 Sa sagesse est pure et parfaite, pourquoi ?
 – parce qu’elle n’est pas intéressée
– elle est désintéressée
Que voulez-vous que nous lui apportions de plus qu’il ait déjà ?
– Il a tout, Il est complètement désintéressé.
Parfois Sa sagesse entre en opposition avec celle du monde, même si la sagesse du monde est bien. Parfois la sagesse de Dieu et la sagesse du monde peuvent entrer en conflit.
Souvenons-nous de ce que Dieu a dit, un jour à Isaïe le prophète dans Isaïe 55 : 8-9 « Mes pensées ne sont pas vos pensées, mes voies ne sont pas vos voies. Autant les cieux sont élevés au-dessus la terre, autant Mes voies sont élevées au-dessus de vos voies et mes pensées au-dessus de vos pensées. » 

Hier, nous avons regardé la randonnée des mormons.
C’est l’histoire de Brigham Young celui qui a succédé à Joseph Smith et qui a conduit le peuple jusqu'à Salt Lake City qui était, alors, un marécage.
Quand ils arrivent là, ils sont des milliers, ils plantent en espérant récolter. Ils ont faim, il y a des restrictions, l’hiver est dur et long, finalement le printemps arrive, ça commence à pousser et voici des millions de sauterelles pour dévorer ce qu’ils ont planté.
C’est une catastrophe, quelques-uns du peuple se révoltent en disant : « Nous avons cru en toi »
« Tu nous aurais dit que tu étais ‘Dieu’ nous t’aurions cru »
« Tu nous as trompés, regarde dans quel état nous sommes. »

Brigham Young est ébranlé par tout cela
Il se retire dans sa cabane de rondins, sa femme le suit, elle voit qu’il est très troublé, il s’accoude là et dit :
 « Mon Dieu : Les ai-je trompés ? Est-ce vrai ? Ne m’as-Tu pas parlé ? »
« Il faut que je leur dise la vérité. C’est vrai, c’est catastrophique, c’est épouvantable… »
         Pendant qu’il est en train de prier, tout d’un coup…, des bruits dehors, des cris stridents, ils vont regarder à la fenêtre et des milliers et des centaines de milliers de mouettes arrivent pour bouffer les criquets, et évidement leurs récoltes sont sauvées. Alors, ils sortent de là et sa femme lui dit :
« Tes discours et tout ce que tu dis
C’est Dieu qui te les inspire »
« Mais Sa façon de parler n’est pas la nôtre »

Cela fait réfléchir
Tout ce que je vous dis, tous ces enseignements que je vous apporte, c’est très bien, mais la façon dont Dieu a de parler ce n’est pas cela : c’est autre chose il faut écouter à un autre niveau. Ce qui peut se communiquer par la parole, ça ne dépasse pas la chaire, quand je dis la chaire :
-         c’est la chaire ici et
-         la chair votre intelligence,
-         votre façon de comprendre,
« Votre façon de traduire la chose,
de placer Ses paroles
dans vos propres intentions de vie ».

Dieu parle autrement…,
Autrement que moi je parle, cela ne veut pas dire qu’Il me contredit, Sa façon est plus profonde.
C’est à vous d’écouter, ne venez pas écouter simplement avec les mots que je dis. Rappelez-vous du poème du début :
« Les mots trompent la parole », c’est terrible… !
Nous n’obtiendrons pas la sagesse de Dieu simplement ‘que par grâce’
et non pas parce que nous y avons droit.
Nous devons rechercher cette sagesse.
C’est quelque chose que Dieu donne à ceux qui cherchent :
« Si quelqu'un manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous, simplement et sans reproche, elle lui sera donnée » Jacques 1 / 5

Mais, il faut rechercher.
« RE-CHER-CHER »
Le film dont je vous parlais qui s’appelle : ‘‘la randonnée des mormons’’ vous le trouvez à la Fnac pour dix €uros. C’est un film tourné par Hollywood avec Tyrone Power. Il est en noir et blanc et sous-titré.
C’est émouvant, de voir ces hommes, ces femmes et ces enfants qui ont tellement souffert, des moments où ils étaient au bord de lâcher et quand même…

Dieu est le Dieu du dernier moment
Vous l’avez remarqué ?
Mes frères et sœurs la sagesse de Dieu est un don spirituel.
On nous dit qu’il y a neuf dons spirituels, non, c’est faux !
Il y a des dons surnaturels et il y a des dons spirituels.
C’est autre chose, la sagesse donnée par Dieu, à celui qui demande est un don de Dieu. Un don de Dieu est un don spirituel.
Cela passe par l’Esprit. C’est quelque chose qui dépasse l’intellect.
Alors, celui qui demande,

Il doit accompagner sa demande d’obéissance 
Pourquoi ?
-         Parce que Dieu est las, Il est sur Son trône et Il dit : « non, tu n’es pas assez obéissant ! Il faut obéir encore un petit peu !!! Non, non, non… »
-         C’est pour ça ? – Non, ce n’est pas pour ça mes frères et sœurs. Nous sommes ses enfants, Il aimerait nous gâter, seulement il y a un ennemi et c’est à cause de l’ennemi qu’Il veut que nous soyons obéissants. 

Parce que nous sommes venus sur cette terre pour prouver à
cet être infâme, cet ennemi, que nous aimons notre Dieu. 

Le meilleur moyen que nous ayons pour montrer que nous aimons notre Dieu :
« C’est en obéissant à ses règlements »
Oui ou non ?
– Voilà pourquoi Il exige l’obéissance !
 – Voilà pourquoi Il s’attend  à ce que nous soyons obéissants.
Dieu a fait un pacte avec nous :

Mesure pour mesure
 Tu seras mesuré comme tu mesures. ‘‘Mesure pour mesure’’ Je te donne dans la mesure où tu recherches, pas plus. A celui qui reçoit la parole, Dieu va donner encore plus. N’est-ce pas vrai ? C’est comme ça tout le temps.

Vous savez, les choses de Dieu sont de première importance.
Tout est de Dieu, je parle là de Sa sagesse. C’est de première importance et ce n’est qu’avec le temps, avec l’expérience, avec des pensées soigneusement triées, réfléchies. Avec des positions, des attitudes solennelles que nous pouvons découvrir cette sagesse et que nous sommes dans la recherche de la sagesse.

Cela n’apporte pas une satisfaction immédiate.
         Ce n’est pas un truc à la mode.
Maintenant, vous pouvez faire des stages. Vous allez prendre certaines positions et faire : « huuuuuu…heueueu… et vous allez ressentir quelque chose, ils vous disent deux trois trucs et vous avez l’impression d’avoir acquit de la sagesse, dans un séminaire, cher, la plupart du temps. Non, non, non… ça n’a rien à voir c’est encore la chair.
« L’âme est différente de l’Esprit »

La source de la sagesse de Dieu se trouve d’abord :
-         dans les Écritures,
-         dans les enseignements des serviteurs de Dieu,
-         dans les moments de prières
Cette sagesse là vient toujours par le pouvoir de Dieu, par le pouvoir du Saint-Esprit. Faisons une lecture dans 1 corinthiens 2/11-13 : « Lequel des hommes en effet connait les choses de l’homme si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui. De même personne ne connait les choses de Dieu si ce n’est l’Esprit de Dieu. Hors nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu. Afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données et par Sa grâce nous en parlons non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles, et l’homme naturel n’accepte pas les choses de l’Esprit de Dieu. »

Vous voyez ? – c’est un autre domaine.
-         La sagesse du monde s’acquiert par la réflexion
-         La sagesse de Dieu aussi, puisque ça passe par la lecture, mais il faut cette dimension spirituelle.
Avec la sagesse de Dieu, nous allons au-delà de la situation dans laquelle nous sommes. Parce que l’Esprit parle des choses telles quelles sont et telles quelles seront.
Quand nous rentrons dans le domaine spirituel, nous rentrons dans l’intemporel pour ensuite revenir dans le temporel et en gérer les choses au fur et à mesure, parce que l’on a été hors du temps.
Il faut avoir une vie spirituelle, avoir une relation avec Dieu qui est l’Eternel, c'est-à-dire avec l’éternité, pas simplement avec le temporel.
C’est la sagesse du monde, le temporel.
Tout à l’heure je vous ai démontré que toutes les formes de sagesse ne sont pas égales. Nous devons apprendre que lorsque la sagesse du monde entre en conflit avec la sagesse de Dieu, nous devons nous soumettre, soumettre notre volonté à la sagesse de Dieu.

La sagesse de Dieu nous montre les choses telles
quelles sont et quelles seront vraiment.
Nous sommes des fils et des filles de Dieu. Nous sommes ici sur cette terre parce que nous avons voulu venir et nous sommes en mission.

Nous avons quelque chose à accomplir.
Dans l’église rétablie de Jésus-Christ d'aujourd'hui,
Nous nous consacrons à l’apprentissage de la sagesse du monde et de celle de Dieu. Les deux !!!
Nous ne devons pas nous tromper sur celle qui a le plus d’importance.

Un exemple qui touche tout le monde,
même les enfants tout le monde
La sagesse du monde vous dira que ce n’est vraiment pas très sage de donner votre dîme maintenant.
-         ‘‘ Ha non, il ne faut pas  là ! ’’
-         ‘‘ Ce n’est pas possible tu ne vas pas t’en sortir ’’
-         ‘‘ Tu as trop de problèmes financiers ’’
-         ‘‘ Ce n’est pas sage ’’
-         ‘‘ Si tu fais ça tu ne vas pas pouvoir payer tes factures d’électricité ’’
-         ‘‘ Non, ça attendra, Dieu attendra ’’ Il a toute l’éternité, Il peut attendre un mois ou deux.
La sagesse du monde te dit ça ! Vous voyez ?
C’est un cas très courant pour beaucoup de chrétiens en temps de crise, mais même quand ce n’était pas la crise. Je me souviens que les gens disaient déjà ça :
«  Comment voulez-vous que je paye ma dîme ? » Le dixième de mon revenu avec toutes les factures que je dois payer.
Là c’est la sagesse de Dieu qui entre en conflit avec la sagesse du monde.
                   « Ce n’est pas très sage de payer sa dîme »
Si vous êtes perspicace, vous verrez que souvent vous vous trouverez devant cette sorte de conflit, dans ce genre de test, pas seulement pour la dîme, mais quand on parle de la dime…ça secoue.

Où placez-vous votre confiance ?
Paul écrit : « où est le sage ? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? » 1 corinthiens 1/20
Où est le sage ? – Celui qui dit c’est vrai il faut que je sois sage… attends de quelle sagesse ?
1 corinthiens 3/18-19 : « Que nul ne s’abuse lui-même, si quelqu'un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu’il devienne fou afin de devenir sage »
Comment ça se fait ? Qu’il devienne fou ? – oui, pour qu’il s’entende dire : « heu…, mais ça ne va pas ! » et qu’il se ressaisisse pour devenir sage. Vous comprenez ? – Si quelqu'un parmi vous pense être sage selon ce siècle, qu’il devienne fou, afin de devenir sage.

Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu 
Mais nous vivons quand même avec, l’important est de ne pas se tromper sur celle qui est la plus importante. Les tests sont là, pour nous apprendre où nous en sommes sur l’échelle de notre sagesse.
Nous nous demandions tout à l’heure : « Où en sommes-nous sur l’échelle de la sagesse ? »
– voilà, les tests sont là pour nous le montrer. Pour nous apprendre si nous allons laisser la sagesse de Dieu guider notre chemin ou si nous allons utiliser la sagesse mondaine. Le monde aujourd'hui est en crise et il donne un enseignement, nous n’y échappons pas. A moins de se boucher les oreilles, de fermer les yeux, nous n’y échappons pas.
La télé, la radio, le net, les journaux, le cinéma tout le monde parle de ça :

Ce dont tu as envie, tu dois l’avoir 
Ha… voilà, c’est ce que le monde nous enseigne.
Il enseigne que nous ne devons pas avoir à attendre, il faut l’avoir tout de suite. Des fois j’aime bien cette sagesse.
         J’ai pris la carte ‘Fnac’.
Je paie en dix fois.
Je peux l’avoir tout de suite.
Mais quand même je suis sage, aussi je fais attention. Il faut faire attention.
C’est le monde qui nous enseigne, et ça tente.

Voyons la sagesse de Dieu, celle que les vrais prophètes enseignent.
Je ne parle pas des prophètes des fous malades qui s’auto-proclament prophètes. Je parle des vrais prophètes, ils enseignent et si vous regardez leurs enseignements dans la bible et les prophètes modernes aussi…,

Qu’enseignent-ils ?
« Leurs fondements c’est l’autonomie et le travail »
-         Etre autonome
-         Travailler
-         L’argent a une place c’est d’abord
§  la dîme,
§  les offrandes et ensuite
§  nous devons dépenser moins que ce que nous gagnons

Ce n’est pas du tout ce que le monde fait.
Même les états ne font pas ça. Les états sont endettés ! Et ils voudraient que cela se passe bien ?
-         Ensuite nous devons faire la différence entre nos besoins et nos envies. Moi, j’ai envie d’un tas de choses…, mais en ai-je vraiment besoin ?
-         Nous restons dans les limites de notre budget.
-         Nous mettons de l’argent de côté. Même si c’est peu. Ne dites pas : «  ça ne vaut pas la peine c’est trop peu ». cela fait des années quand je  rentre le soir je vide mon porte monnaie de toutes les pièces. Je mets dans une boite. A la fin de l’année ça fait une fortune. Ça ne me prive pas vraiment sur le moment. C’est comme cela que je paie les cadeaux des anniversaires aux gamins de ma famille.
« Mettez de l’argent de coté »
Et ensuite
« Respectez vos engagements »
Voilà ce que les prophètes antiques et moderne enseignent.
ça …! C’est la sagesse de Dieu !

Mes frères et sœurs il n’y a pas d’avis de tempête à l’horizon.
Nous sommes dans la tempête.
Est-ce que ces exemples au sujet de l’argent que je vous donne là, vous font mesurer de quelle manière la sagesse de Dieu peut entrer en conflit avec la sagesse du monde ? Nous sommes dans la tempête !
Lorsque vous allez rentrer chez vous, prenez une feuille de papier, vous tracez une ligne verticale :
-         A gauche vous faites la liste de ce qui relève de la sagesse du monde dans votre vie, dans vos choix, dans vos désirs, dans vos besoins, dans vos envies
-         Et à droite vous mettez ce qui relève de la sagesse de Dieu.
Faites-le vous verrez.
         Qu’allez-vous choisir ? – c’est terrible, ça rentre en conflit. Et le conflit est où ? – En nous, en nous…!

Les vierges sages, celles qui sont à l’écoute,
Et règlent leur vie sur la sagesse de Dieu dans tous les domaines. C’est ça qui fait qu’elles sont appelées des vierges sages. Elles recherchent la sagesse de Dieu.

Et en temps de crise c’est un excellent temps
C’est le meilleur moment pour apprendre beaucoup de choses rapidement sur la sagesse de Dieu. Parce que c’est tellement évident. Nous ne sommes pas obligés de réfléchir très longtemps. Ça nous saute à la figure tout seul. Comment faut-il que j’agisse ? – la sagesse du monde ou la sagesse de Dieu ?
« Le bonheur et la grâce m’accompagneront
tous les jours de ma vie »
C’est la promesse que le Seigneur nous a faite et c’était la prédication de vendredi.
Mais si… vous recherchez la sagesse de Dieu !
Sinon, ça va être catastrophique… parce que nous n’avons pas de tempête à l’horizon, nous sommes dans la tempête.
Alors, il nous faut rester croché sur les bons fondements des prophètes, des apôtres, de Jésus-Christ.
Que dieu vous bénisse.
Amen.

Restez croché, ne vous lâchez pas.

Amen. 




SITE >>>>> REVELATIONBIBLE        
AUDIO >>>  Les deux sagesses



1 commentaire:

  1. Il y a beaucoup à dire au sujet des deux sagesses qui sont mentionnées.

    La sagesse de ce monde n'est pas forcément inutile, puisqu'elle est étudiée sur les bancs de l'école. Elle peut aider dans certains rapports avec les gens de ce monde.

    Mais elle a, c'est vrai, ses limites : elle possède sa logique propre en pensant d'une certaine façon, mais elle ne change rien à la vie de quelqu'un, lorsque l'on est confrontée à des situations extrêmes.

    La sagesse de Dieu est différente, car elle nous oblige à rectifier de façon plus profonde nos manières d'être et de penser.

    Elle ne se manifeste pas instantanément. Ce n'est qu'au fil du temps, si nous acceptons de "jouer le jeu", en reconnaissant humblement nos erreurs, qu'elle procure en nous quelque chose de plus juste, par une réelle et profonde satisfaction.

    Maintenant, il y a une chose qui est là pour nous interpeller dans ce message : nous ne vivons pas seulement pour des réalités d'ici-bas, mais pour des réalités qui sont à venir. Dieu veut partager avec nous Sa Gloire, mais Il ne peut le faire qu'avec ceux qui auront acquis avec leur stature une réelle maturité.

    RépondreSupprimer